Versus 

VERSUS

Le projet VERSUS de l’artiste Rustha Luna Pozzi-Escot est un ensemble de pièces regroupés en trois volets portant un regard sur trois périodes de la vie : l’enfance, l’âge adulte et la vieillesse.

Elle porte un regard sur le conditionnement social imposé aux hommes et aux femmes dès l’enfance et qui évolue tout au long de la vie. Rustha Luna Pozzi-Escot interroge les stéréotypes « sexistes » et se définit, non pas comme une artiste féministe, mais comme une observatrice des codes sociaux. Cette nouvelle série reste ainsi proche de ses recherches autour de questions liées à l’identité de genre. Néanmoins, avec VERSUS, elle questionne de manière plus intime, notre rapport à nous même et à l’autre en tant qu’homme ou femme. VERSUS aborde chaque période de la vie comme des luttes à mener contre ces conditionnements.

El proyecto VERSUS es un conjunto de obras presentadas en tres partes donde se intenta construir una mirada sobre tres periodos de la vida: la infancia, la edad adulta y la vejez.

Su intención es reflexionar sobre el condicionamiento social impuesto a los hombres y a las mujeres desde la infancia y a lo largo de la vida. Rustha Luna Pozzi-Escot cuestiona los estereotipos sexistas y se define,

no como una artista feminista, sino como una observadora de los códigos sociales. Sin embargo, con VERSUS, cuestiona de manera más íntima la relación que tenemos con nosotros mismos y con el « otro » siendo este hombre o mujer. VERSUS aborda cada período de la vida de manera « deportiva » como diferentes « luchas » o « partidos » que hay que llevar contra estos condicionamientos.

Autoportrait de l’artiste en châsse de chasse amoureuse 

«  C’est dans cette histoire immémoriale de châsse-reliquaire et de chasse amoureuse que s’inscrit l’oeuvre de Rustha Luna Pozzi-Escot.

Si l’artiste a plusieurs cordes à son arc, elle excelle dans l’art du tissage. Son installation prend la forme d’un autoportrait en cinq fragments de son corps moulé et tissé de fils rouges. Aux murs sont accrochés, comme des reliques, mais aussi des trophées et des vanités rouges vermillon d’amour, son portrait aux longs bois de cerf, son sein en bouclier transpercé de flèches et sa main en heurtoir de porte. Au sol, une paire de chaussures noires à talons aiguilles semble avoir quitté le film éponyme d’Almodovar pour accompagner le corps étêté, tronqué mais glorieux de l’artiste métamorphosé en tapis pour un nouveau voyage »

Extrait

Autorretrato en relicario de caza

« Esta instalación toma la forma de un autorretrato en cinco fragmentos de un cuerpo modelado y tejido por hilos rojos. En las paredes son colgados, como reliquias, pero también trofeos y « vanitas » rojas bermellón, el retrato a los cuernos de ciervo, su pecho en escudo traspasado por flechas y su mano en aldaba de puerta. En el suelo, un par de zapatos negros a tacones de aguja parece haber dejado la película epónima de Almodovar para acompañar el cuerpo descabezado, truncado pero glorioso de la artista metamorfoseado en alfombra para un nuevo viaje. »

(Extracto del texto original)

Bernard Lafargue,

Critique d’art

Rédacteur en chef de Figures de l’art

Professeur d’esthétique et d’histoire de l’art à l’Université Michel de Montaigne de Bordeaux 3

La châsse